Comment renégocier son crédit immobilier

[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Pour faire des économies et ne pas donner trop d’argent à son banquier, la baisse des taux d’intérêts continue de favoriser les renégociations de prêt immobilier.

Après des années de baisse des taux et une baisse significative en 2016 (novembre 2016 restant dans les annales comme un plus bas historique) le début d’année 2017 est marqué par un léger retour à la hausse pour atteindre 1,55% en mai. C’est une tendance stable qui confirme que pour les emprunteurs les conditions sont toujours favorables pour renégocier son crédit immobilier.

On vous présente tout ce qu’il faut savoir pour être bien informé le jour où vous vous présenterez devant votre conseiller pour lancer les négociations.

Actuellement, les meilleurs taux de crédit immobilier sont les suivants :

#BanqueExemple d'offre de prêtPlus d'infos
1logo bforbank1,57% TAEG sur 15 ans, assurance et garantie inclusesVoir l'offre


1° Est-ce rentable ?

Le but de la manœuvre étant de faire des économies, il faut calculer à combien sera le gain net estimé après renégociation. Ce n’est pas toujours rentable si l’on considère les nombreux frais qu’entraînent un rachat ou une renégociation de prêt.

Toutefois, l’économie peut-être non négligeable et peut aller jusqu’à 30 000 euros, selon votre ancien taux et le montant de votre crédit.

Il faudra donc se pencher sur plusieurs critères :

  • Le différentiel de taux : Il s’agit de l’écart entre le taux de votre crédit et les taux actuels, on dit souvent que cet écart doit être d’un point minimum pour que l’opération soit rentable,
  • Le bon moment : C’est dans les premières années que l’on rembourse le plus d’intérêts, c’est donc à ce moment là qu’il est plus intéressant de renégocier. La longueur du prêt est aussi à considérer, plus il reste d’années mieux c’est.
  • Frais de remboursement anticipé : Dans le cas où votre banquier refuse de négocier il faudra vous faire racheter votre crédit par une autre banque. Des pénalités peuvent être prévues dans votre contrat initial, mais ne peuvent dépasser 6 mois d’intérêts sur le capital restant dû, ni 3% de ce capital (source). S’il accepte de renégocier, n’hésitez pas à lui demander l’exonération (ou la réduction) de ces frais.

Nous vous conseillons de solliciter un courtier pour lui demander de vous faire une simulation de rachat de prêt immobilier. Ses conseils sont généralement gratuits (il est le plus souvent commissionné par la nouvelle banque) et il fera les démarches nécessaires pour vous auprès des banques.


2° Négocier avec la banque

Pour changer les termes du prêt initial il faudra signer un avenant à votre contrat de prêt où figurera les nouvelles modalités et conditions du contrat (nouveau taux, montant des mensualités, durée du prêt, assurance …)

Il faut s’attendre à une certaine résistance de sa part, c’est pourquoi il vaut mieux arriver avec quelques offres écrites de banques concurrentes.

Un rachat comporte souvent des frais plus importants, il peut parfois être judicieux de rester avec sa banque, voici les points clés à aborder pour ne pas être à court d’arguments.

  • Le taux d’emprunt : Il ne sera peut-être pas à la hauteur des propositions des autres banques mais il peut vous proposer un taux intermédiaire qui fera un bon compromis
  • L’assurance : Elle représente souvent le pôle de dépense le plus important après les intérêts de l’emprunt. N’hésitez pas à lui demander un recalcul du montant de la cotisation d’assurance, cela peut parfois vous faire économiser plus d’argent qu’une baisse de taux.
  • Les frais de remboursement anticipés : Ils peuvent être une base de négociation si votre banquier ne veut rien savoir. Demandez lui de vous soustraire l’équivalent de cette somme.

Dans l’idéal le banquier accepte de baisser votre taux d’emprunt immobilier, l’opération est rentable, il vous facture des frais de dossier qui peuvent aller de 500 à 1000 euros et vous voyez vos mensualités baisser ou la durée de votre prêt se réduire.

Il ne faut pas hésiter à revenir si les taux continuent de baisser, c’est dans votre intérêt et rien ne l’interdit. Votre conseiller pourrait être retissant, mais en mettant les banques en concurrence on peut obtenir une ristourne.


3° Mon banquier refuse de négocier : Que faire?

Si votre banquier fait la sourde oreille et qu’aucun compromis satisfaisant n’est possible, n’hésitez pas à changer de banque.

C’est plus simple que ça en a l’air et de nombreuses seront ravies de racheter votre crédit, ce qu’on vous expliquera prochainement dans un nouveau tutoriel.